Les cerveaux de votre enfant

Cerveau gauche et Cerveau droit 

  • Le cerveau gauche aime et recherche l’ordre. Il est logique, littéral, il organise et ordonne les éléments, il aime les mots.

 

  • Le cerveau droit est plus directement influencé par le corps et les aires cérébrales inférieures, il reçoit et interprète les informations émotionnelles. Il aime la créativité, l’imagination, la complexité.

 

Les trois premières années de leur vie, les enfants ont un hémisphère droit dominant. Ils ne maîtrisent pas la logique, ni la parole pour exprimer leurs émotions, ils vivent uniquement dans l’instant.

 

Ce qui explique pourquoi un enfant est capable de s’arrêter au milieu du trottoir pour observer une coccinelle alors qu’il est en retard pour l’école.

Quand un tout-petit demande « pourquoi ? » en boucle, son cerveau gauche commence à prendre de l’importance. Parce que notre cerveau gauche aime comprendre les relations de cause à effet –et exprimer cette logique par le biais du langage.

Cerveau du haut et Cerveau du bas

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cerveau du bas (en blanc sur l’image) :

  • Formé dès la naissance.

  • Fonctions : respirer automatiquement, cligner des yeux, réactions impulsives pour se défendre des potentiels dangers, signal d’alerte (peur, colère), émotions fortes et instinctives.

    • On peut le comparer au rez-de-chaussée d'une maison avec des pièces pour les besoins basiques de la famille (toilettes, cuisine, salle à manger, chambre pour dormir…).

 

Cerveau du haut (en couleurs sur l’image) :

  • Formé définitivement vers nos 25 ans, en construction massive pendant les premières années de vie puis en développement jusqu’à l’âge adulte.

  • Fonctions : Penser, imaginer, planifier, analyser. Prendre des décisions judicieuses, contrôle de ses émotions et de son corps, connaissance de soi, empathie, sens moral…

    • C’est l’étage de la maison, plus élaboré (avec pièces sophistiquées comme le bureau, la bibliothèque…).

    • Chez l’enfant, on peut imaginer que cet étage n’est pas fini, certaines pièces manquent, le toit n’est pas terminé à certains endroits… Bref le chantier est en cours tandis que le rez-de-chaussée est achevé, entièrement meublé.

L'étage qui relie le cerveau du haut et du bas 

Imaginons un escalier qui relie les 2 niveaux, qui permet d’aller du Rez-de-chaussée (émotions fortes, instincts) au 1er étage (réflexion, prise de décisions stratégiques) et d’aller également du haut (réfléchir) vers le bas (prendre en compte nos ressentis émotionnels et physiques).

 

 

Le 1er étage peut « contrôler » le Rez-de-chaussée, calmer les réactions impulsives et les émotions fortes qu’il génère, en expliquant, analysant la situation, imaginant des solutions.

Ex : J’ai peur, j’ai une boule au ventre, je veux m’en aller (rez-de-chaussée/ ressenti du cerveau du bas), je me calme en respirant plutôt que de fuir à toute allure (1er étage/ solution trouvée par le cerveau du haut).

 

Le Rez-de-chaussée peut aider le 1er étage à prendre des décisions, en tenant compte de notre ressenti émotionnel et physique, il l’aide à choisir une ligne de conduite.

Ex : Lola m’a piqué mon feutre, je ne sais pas quoi faire pour le récupérer (1er étage/ analyse de la situation). Je me sens perdue, je suis triste de ne plus avoir mon feutre et j’ai peur de ce que Lola va me dire (RDC/ ressenti). Je vais voir ma maîtresse pour qu’elle m’aide à trouver une solution, je lui explique ce qu’il se passe. (1er étage/ planification et explication).

Nous pouvons aider notre enfant à construire cet escalier, à rejoindre tantôt l’étage (cerveau du haut), tantôt le rez-de-chaussée (cerveau du bas).

L'amygdale : l'alarme du cerveau du bas

L’amygdale est une partie du cerveau du bas qui fait la taille d’une amande.

Elle est l'alarme du cerveau/de la maison, toujours prête à réagir en cas de danger.

 

Quand elle sent une menace, elle prend le contrôle du cerveau d’en haut. C’est ce qui nous permet d’agir avant de réfléchir, d’agir sans prendre le temps d’analyser et de décortiquer la situation.

Ex : C’est l’amygdale qui dicte à notre bras de s’étirer pour protéger le passager de notre voiture quand on doit piler.

C’est elle qui nous fait crier « Stop ! » voire courir quand notre enfant s’éloigne sur le parking alors qu’une voiture démarre.

 

Parfois, nous avons besoin d’agir sans réfléchir, sans analyser posément la situation. L’amygdale nous permet d’agir avant même qu’on ne comprenne pourquoi.

 

Dans l’urgence, c’est vraiment judicieux. Dans les situations normales ça l’est peu. Par exemple, courir à toute jambe dès que l’on croise un chien au parc ; cela peut être handicapant.

En période de débordement émotionnel ou de stress, l’amygdale (qui se trouve dans le cerveau du bas) prend la main sur le cerveau du haut et « bloque » l’escalier qui relie le rez-de-chaussée et l’étage (le cerveau du bas et le cerveau du haut). Ce qui signifie pour votre enfant que non seulement l’étage est en chantier, mais en plus sa partie fonctionnelle devient inaccessible dans ces moments de crise.

Nous avons abordé ici les fruits des recherches neuroscientifiques sur cerveau de l'enfant qui vous éclaireront sur certains comportements de votre enfant.

La question que vous vous posez peut-être : oui mais comment faire avec un enfant qui n'a plus accès à sa réflexion ? Comment réagir avec un enfant dominé par la structure émotionnelle de son cerveau ?

Je vous propose de télécharger le mini-guide que j'ai créé qui reprend les bases théoriques et vous apporte plusieurs pistes pratiques et concrètes pour vous aider dans votre quotidien avec un être au cerveau en pleine construction.

Inès Odry 

Psychologue clinicienne - N° ADELI 789320413

09 82 48 36 50

iopsychologue@gmail.com

Cabinet Médical Pégase - 130/136 Avenue Joseph Kessel - Bâtiment H  - 78960 Voisins-le-Bretonneux

Cabinet de Consultations Meslin - 1 passage Pilatre de Rozier 

78000 Versailles