• Inès Odry

Remboursement des consultations chez le psychologue

Dernière mise à jour : oct. 8

Il a été annoncé qu’à partir de Janvier 2022 les consultations chez le psychologue seraient remboursées. Quelle avancée !


On le sait, les consultations chez le psychologue en libéral représentent un réel coût - investissement (qui peut varier selon les villes, et aussi selon les compétences, et les formations du psychologue ).

La possibilité d’être remboursé marque un vrai progrès pour notre société.



MAIS... Comme de nombreux collègues je boycotte ce dispositif !





Et voici pourquoi :


Les conditions présentées ne sont acceptables ni pour les psychologues, ni pour les patients !




Concrètement, comment cela fonctionnerait ? :


A compter de 2022, il sera possible de consulter sans avance de frais les séances chez le psychologue libéral sous certaines conditions :


  • Cela ne pourra se faire que sous ordonnance par un médecin généraliste, à partir de 3 ans.


  • Les séances ne sont remboursées que si les psychologues adhèrent à ce dispositif. C’est sur la base du volontariat.


  • Le remboursement s’applique pour des séances de 40€ (la première) et de 30€ ( les suivantes).


  • Aucun dépassement d’honoraires est autorisé.


  • La durée des consultations dépend du psychologue, toutefois vu le montant, elles ne pourront excéder 30 minutes.


  • Il sera possible d’avoir 8 séances avant de reprendre rendez-vous cette fois chez un psychiatre, pour avoir une nouvelle ordonnance.



Ce qui me pose problème et m'amène à boycotter ce dispositif :


  • Obligé de se justifier auprès d’un médecin pour avoir rendez-vous avec un psychologue

  • Rechercher un psychologue qui adhère au dispositif dans son département…

  • Rallongement du délai d’attente entre le besoin de voir un psychologue et le premier rendez-vous chez le psychologue.

  • Le médecin décide du nombre de séances alors que le psychologue lui-même ne le sait pas.

→ c’est être dépendant de l’avis médical, ce que les psychologues refusent depuis la création de leur profession.

  • Plusieurs interlocuteurs auprès de qui se justifier (raconter ses soucis, ses troubles, ses traumas à 3 personnes différentes minimum…)

  • Les rendez-vous de courte durée ne sont pas adaptés aux psychothérapies.

  • Le psychologue sera obliger de diminuer ses tarifs, donc de baisser ses revenus mensuels OU d’enchaîner les patients sur des séances de 20 à 30 minutes s’il veut maintenir son salaire.

→ c’est miser sur la quantité plutôt que sur la qualité , ce qui est à l’opposé des valeurs et de l’éthique des psychologues.




Beaucoup de psychologues vont se mobiliser pour éviter d’entrer dans ce dispositif afin de favoriser le libre-arbitre et la tranquillité d’esprit des patients ainsi que les conditions de travail et de vie du praticien.


Si nous ne pouvons pas travailler dans de bonnes conditions, nous ne pouvons pas bien faire notre travail, et ça impacte directement les patients que nous prenons en soin.


Oui au remboursement mais Non à ces conditions !



Pour aller plus loin :





21 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

La mémoire traumatique

Je vous propose de regarder cette animation afin de mieux comprendre la mémoire traumatique, ou comment expliquer que nous ayons parfois des réactions disproportionnées, plus fortes que nous : ces fam